AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

Appartement de Patrick Groban

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Classe 1
avatar
"Pas de destin
mais ce que nous faisons."
Grave
Nombre de messages : 49
Capacité(s) : Zombie !
Véritable identité : Patrick Groban
Date d'inscription : 11/05/2008
MessageSujet: Appartement de Patrick Groban Jeu 15 Mai - 21:22

Situé dans le même immeuble que celui d'Alizé et de Botzaris, mais au deuxième étage, l'appartement de Patrick Groban possède tout le confort nécessaire à une vie de couple rangée et harmonieuse. Bien que Mme Groban soit partie depuis déjà quelques semaines, les lieux ont conservé une certaine touche de féminité qui ne manque pas d'accentuer le charme de l'habitat.

......................................................................................

¤ 1er Message ¤

Non, je vous répète que j'ignore comment il a pris la nouvelle ! Je travaille pour lui, je ne suis pas sa femme !

Debout près de la fenêtre, téléphone à la main, Patrick Groban contemplait d'un air discret le va-et-vient incessant des passants qui traversaient la ruelle longeant l'immeuble.

Oh et puis zut, vous n'avez qu'à l'appeler directement ! lâcha Patrick, sur un ton exaspéré, avant de raccrocher au nez de son interlocuteur.

Ces journalistes, tous des rats ! Ils ne pensaient qu'à imprimer leur torchon, et ne se souciaient guère de la détresse humaine ou du mal être de la société. Après avoir poussé un mince soupir, Pat' alla se servir une bonne tasse de café. Il en avait bien besoin. James Markum avait perdu les préliminaires. Certes, ce n'était pas vraiment une surprise, mais jusqu'à présent, Patrick avait entretenu l'illusion d'un renversement d'opinion. Désormais, tout espoir était perdu. Le futur Président s'appellerait Treves ou Conway. Plus de Markum à l'horizon !


Merde, maugréa Pat', en posant sa tasse de café sur la table basse.

En plus de tout cela, il fallait qu'il se brûle la langue^^

Le téléphone sonna à nouveau.


Quoi encore ? râla Pat', en saisissant son portable.

C'était sa femme.


Allô, chérie. Chérie ? Ooh, pitié, dis quelque chose... Non, c'est trop... J'peux pas supporter ça aujourd'hui, désolé...

Et il raccrocha. Depuis qu'elle l'avait quittée, Constance ne cessait de l'appeler sans jamais décrocher le moindre mot. Généralement, Patrick essayait de faire la conversation tout seul dans le but de la convaincre de rentrer à la maison, mais rien n'y faisait. Constance restait muette. Pas un mot, pas un son, pas un murmure, ne s'échappait du combiné. Ce jour là, Patrick n'avait pas été d'humeur à supporter une autre de ses conversations fantômes.

Pat' jeta un coup d'oeil à l'horloge. Le temps semblait avoir ralenti depuis la défaite de James. A présent qu'il n'avait plus à mener campagne pour le candidat Markum, ses journées risquaient de redevenir mortellement ennuyeuses. Surtout qu'il n'avait plus Constance pour égayer sa vie monotone.


Bon, je sors. J'vais finir cintré sinon ! fit-il, pour se motiver.

Un quart d'heure plus tard, Patrick Groban refermait la porte de son appartement pour partir à l'aventure. Mouais...


¤ Centre-ville / Centre commercial Harsheys' ¤

_________________
| Beyond the Grave |

Le monde lèvera les yeux et criera : Sauvez-nous ! Et dans un murmure je dirai... Non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmenhorizon.actifforum.com
Classe 1
avatar
"Pas de destin
mais ce que nous faisons."
Grave
Nombre de messages : 49
Capacité(s) : Zombie !
Véritable identité : Patrick Groban
Date d'inscription : 11/05/2008
MessageSujet: Re: Appartement de Patrick Groban Sam 4 Avr - 18:20

¤ Quartiers riches / Appartement de James Markum (Shelter) ¤

Une heure avant le début de l'incident sur Death Street...

Le taxi le déposa au pied de l'immeuble et Patrick régla la course. En montant les escaliers, le politicien songea à la semaine épouvantable qu'il venait de passer. Il avait l'impression que depuis la défaite de James, les choses ne faisaient qu'empirer. Pat' pensa notamment à sa femme, dont il n'avait plus de nouvelle, même si cette dernière continuait à l'appeler régulièrement. La vie était parfois étrange.

En arrivant au deuxième étage, Patrick eut la surprise de découvrir que deux types l'attendaient devant sa porte. L'un d'eux était flic.


Messieurs, les salua-t-il, une fois qu'il les eut rejoints. Que puis-je pour vous ?

Vous êtes Patrick Groban ?
demanda le premier gars, un homme corpulent qui abordait fièrement une moustache broussailleuse.

Lui-même, répondit un Pat' plutôt nonchalant.

John Wayland du bureau du procureur, se présenta le type. Et voici l'agent Krother.

Monsieur.

Du procureur,
répéta Pat', incompréhensif.

Oui, nous sommes d'abord allés à votre QG de campagne, mais comme la porte était close, nous avons décidé de passer ici.

Je n'étais pas au courant, déclara Groban, soucieux.

Je vous ai pourtant envoyé un courrier la semaine dernière.

Un courrier. Arf, tout s'expliquait... Depuis la défaite de Shelter, Patrick ne lisait plus son courrier, ni ses mails d'ailleurs. Rolling Eyes

Il a dû m'échapper, fit-il, en affichant une moue. Pourquoi souhaitez-vous me voir ?

Oh, il ne s'agit que d'une enquête de routine. Une réponse logique à un article paru sur Dirt.

Dirt ? Vous plaisantez, j'espère ?

J'ai bien peur que non. L'article a soulevé quelques interrogations sur le financement de la campagne du sénateur Markum. Une certaine somme aurait été détournée.

C'est ridicule, lâcha Patrick, les nerfs à vif.

Ses insinuations commençaient à l'irriter quelque peu. Shelter, détourner de l'argent, n'importe quoi !
Evil or Very Mad

J'espère que vous ne comptez pas ennuyer le sénateur avec ça ?

Non, non, rassurez-vous. Nous souhaitons juste procéder à quelques vérifications.


Vous faîtes ça souvent, enquêter sur des rumeurs sans fondement issues de la presse à scandales ?

A dire vrai, c'est plutôt rare, mais nous avons été forcé de reconnaître que le magazine en question présentait des éléments troublants dans son article.

C'est pas croyable, souffla Patrick. Quitte à écouter ce genre de torchons, vous devriez plutôt aller faire un tour dans les égouts de la ville. Il parait qu'un alligator y a installé son logis.

Monsieur Groban, je comprends votre désarroi, mais ce ne sera l'affaire que de quelques minutes. Je jette un rapide coup d'oeil sur les comptes, constate que tout va bien, et tout le monde est content.

Si vous le dîtes, rétorqua Patrick.

Bien. On peut y aller maintenant ?


Inutile, j'ai déjà rapporté les dossiers les plus importants ici.

Patrick contourna alors les deux messieurs pour ouvrir la porte de son appartement.

Après vous, les invita-t-il ensuite à entrer.

Wayland lui adressa un regard amusé en découvrant la pile de lettres jonchées sur le buffet. Patrick haussa les épaules, il ne pouvait pas savoir. Après avoir conduit les deux hommes au salon, Groban alla chercher les deux cartons relatifs au financement de la campagne.


Tout est là, fit-il, en les présentant à l'huissier. Vous voulez boire quelque chose ?

Non, merci.


Un café, si possible.

Et Wayland se mit au travail, à la recherche d'un indice quelconque suggérant une transaction malhonnête. Patrick, lui, prit place sur l'un des fauteuils, où il ne tarda pas à somnoler.

A suivre...

_________________
| Beyond the Grave |

Le monde lèvera les yeux et criera : Sauvez-nous ! Et dans un murmure je dirai... Non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmenhorizon.actifforum.com
Classe 1
avatar
"Pas de destin
mais ce que nous faisons."
Grave
Nombre de messages : 49
Capacité(s) : Zombie !
Véritable identité : Patrick Groban
Date d'inscription : 11/05/2008
MessageSujet: Re: Appartement de Patrick Groban Lun 6 Avr - 16:53

Trois quarts d'heure plus tard...

Toujours assis sur le même fauteuil, Patrick dégustait à présent un bon verre de Jack Daniel's sans glaçon. Wayland, l'huissier, avait fini de vérifier le premier carton sans rien trouver de suspect.

Comment se porte le sénateur ?
demanda-t-il, histoire de faire la conversation.

Il est ravi bien sûr, répondit Pat', sur un ton légèrement caustique. Grâce à sa défaite, il va pouvoir partir en vacances plus tôt que prévu.

Vous avez bientôt fini ?
demanda-t-il dans la foulée, tout en allant se resservir un verre.

Presque, il ne me reste plus qu'à jeter un coup d'oeil sur... Attendez une minute.

Pour le coup, Pat' reposa la bouteille de whisky.

Quoi ? demanda-t-il, sourcils froncés.

Il manque une page dans ce livret de comptes. Et l'écart entre la somme précédente et la suivante n'est pas négligeable. Vous pouvez expliquer ça ?

Patrick s'approcha, soucieux. Il jeta un rapide coup d'oeil sur le cahier, qu'il avait lui-même rédigé avec John Becker ; le représentant de la Fondation Akatsuki ; au début de la campagne.

Je ne comprends pas, se défendit-il. Les sommes ont dû être modifiées...

Par qui ?
demanda Wayland, soupçonneux. Suspect

John Becker, je ne vois que lui. Il représente les intérêts de Monsieur Liderman et...

C'est drôle que vous dîtes ça, le coupa Wayland.

Pourquoi ça ?

Parce que nous avons déjà rendu une petite visite à Monsieur Becker, et il se trouve que c'est justement lui qui est à l'origine de l'article.

Vous dîtes ? fit Patrick, surpris.

Il prétend n'avoir rien dit à la police pour éviter un scandale en pleine campagne électorale, et ruiner ainsi les chances du sénateur. Mais la vérité étant trop lourde à porter, sa bonne conscience lui aurait dicté de contacter Dirt, pour informer l'opinion publique à moindre répercussion.

Cela me semble un brin tiré par les cheveux, nota Groban, peu enclin à accepter de telles inepties.

Patrick devait néanmoins reconnaître que Fiske avait fait fort, en jouant la carte du mélo.
Rolling Eyes

Cette affaire ne tient pas debout, aucun élément concret ne sert le dossier.


Vous oubliez ce livret de comptes ?

Becker a très bien pu le modifier, et arracher la page.

Possible, mais comment je vous prie ? Vous oubliez que vous gardiez ce cahier sous bonne garde.


Je n'en sais rien, admit Pat', en haussant les épaules.

Excusez-moi, Messieurs, mais je dois partir, un appel urgent du central, annonça alors l'agent Krother.

Allez-y, je peux me débrouiller tout seul.

Bien, au revoir, Messieurs, les salua donc le policier, avant de quitter les lieux.

Je crains qu'il nous faille ouvrir une enquête, Monsieur Groban, annonça Wayland, une fois le flic parti.

Et je vais devoir emporter ces documents pour les étudier plus en détails, ajouta-t-il, en désignant les deux cartons de paperasse.

Je,... Monsieur Wayland, James Markum est l'homme le plus droit et honnête qu'il m'ait été donné de rencontrer. Ce genre de manipulations frauduleuses, ce n'est pas lui, croyez-moi.

Oh, mais je vous crois. D'ailleurs, le sénateur Markum est pour l'instant au-dessus de tout soupçon, et est même supposé n'être qu'une victime dans cette affaire.

Une victime... Vous voulez dire que...

Dois-je vraiment vous faire un dessin ?


Abasourdi, Patrick dévisagea son interlocuteur sans mot dire.

Il serait judicieux que vous évitiez de quitter la ville en attendant d'y voir plus clair, suggéra Wayland, en se chargeant des dossiers.

Au revoir, Monsieur Groban. Passez une bonne fin de journée.

Et Wayland partit, laissant un Pat' relativement déboussolé. Cette fois, il en était sûr, son humeur ne pouvait plus descendre plus bas. Il songea bien évidemment à Shelter, et à ce qu'il pourrait penser de tout ça. Sali par de telles accusations, il pourrait fort bien perdre la confiance de James, qui n'avait pas vraiment besoin de ça en ce moment. Lui non plus d'ailleurs.

* C'est une machination. * songea-t-il, imaginant déjà le pire.

Mais il pouvait encore s'agir d'une erreur, d'un malentendu, non ? Cependant, si cela avait été effectivement le cas, Becker serait certainement venu lui en parler avant, au lieu de tout balancer sur Dirt. Fiske, ce pourri ne perdait rien pour attendre ! Ceci étant dit, Pat' doutait que ce dernier ait agi seul, au risque de se mettre à dos la Fondation Akatsuki. Non, il devait avoir un soutien, et pas des moindres pour oser tenter un tel coup de poker. Et Patrick voyait pertinemment de qui il pouvait s'agir. Leopold Linderman, l'avocat de la Fondation. Il s'était chargé
lui-même des points juridiques du dossier, et était suffisamment haut placé pour assurer Fiske dans ses intentions. En revanche, il n'arrivait pas à comprendre les motivations des deux hommes, ni pourquoi, s'ils étaient bien responsables, ils cherchaient à lui faire porter le chapeau.

Une petite visite s'impose, Monsieur Linderman, fit-il, sa décision prise.

Bien décidé à connaître le fin mot de cette histoire, Pat' enfila donc rapidement une veste avant de filer en direction de la Linderman National Bank. On le suspectait d'avoir détourné de l'argent et pire encore, d'avoir trahi la confiance de Shelter. Après tout ce qu'il avait vécu ces dernières semaines, ces accusations lui étaient insupportables. Il voulait connaître la vérité, et il était inconcevable qu'il attende que la justice ait fait la lumière sur cette affaire. Groban partit donc sans attendre en quête de réponses, bien déterminé à trouver des preuves l'innocentant. Moins de cinq minutes après son départ, Squall apparut à l'angle de Death Street.


Fin^^


¤ Centre-ville / Linderman National Bank ¤

_________________
| Beyond the Grave |

Le monde lèvera les yeux et criera : Sauvez-nous ! Et dans un murmure je dirai... Non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmenhorizon.actifforum.com
Classe 1
avatar
"Pas de destin
mais ce que nous faisons."
Grave
Nombre de messages : 49
Capacité(s) : Zombie !
Véritable identité : Patrick Groban
Date d'inscription : 11/05/2008
MessageSujet: Re: Appartement de Patrick Groban Lun 6 Juil - 21:26

¤ Centre-ville ~ Death Street ¤


Le calme relatif qui régnait au sein de l'immeuble était reposant après le tumulte de l'extérieur. Si sa migraine le faisait toujours autant souffrir, Pat' appréciait de retrouver un environnement familier. La démarche traînante, Groban laissa l'habitude le guider jusqu'à son appartement. Le politicien était épuisé. Sur le plan physique, il tenait à peine debout. Côté psychique, il n'arrivait même plus à penser, tant son esprit était partagé entre des sentiments divers. La peur bien sûr, mais aussi et surtout la colère. Non, ce dernier mot n'était pas assez fort pour exprimer ce que Pat' éprouvait au sujet de la traîtrise de Linderman. Il lui en voulait à mort. Jamais auparavant il n'avait à ce point eu envie de tuer quelqu'un. Il ne tenait pas simplement à le voir mort, mais à infliger à l'avocat un châtiment proportionnel à ce qu'il lui avait fait subir (avec peut-être quelques intérêts^^). Quant à Brent, il ne lui réservait pas un meilleur sort. Car après tout, cette grosse fouine aurait bien vidé son chargeur sur lui si elle en avait eu l'occasion. Naturellement, Pat' n'oubliait pas non plus Fiske qui, en sa qualité de complice, ne méritait pas de traitement de faveur.

Même crime, même châtiment. Pas de pitié pour les traîtres, marmonna-t-il, tout en ouvrant sa porte.

Qu'il claqua sans ménagement derrière lui. Éreinté, Groban trouva la force de marcher jusqu'à sa chambre où il se laissa tomber sur le lit. Avant tout autre chose, il avait besoin de repos.

_________________
| Beyond the Grave |

Le monde lèvera les yeux et criera : Sauvez-nous ! Et dans un murmure je dirai... Non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmenhorizon.actifforum.com
Classe 1
avatar
"Pas de destin
mais ce que nous faisons."
Grave
Nombre de messages : 49
Capacité(s) : Zombie !
Véritable identité : Patrick Groban
Date d'inscription : 11/05/2008
MessageSujet: Re: Appartement de Patrick Groban Mar 7 Juil - 22:42

* Pas dormi plus d'une heure. Mal au crâne. Je hais Linderman. *

Assis sur le bord du lit, la tête entre les mains et le regard fixe sur le papier peint qui recouvrait les murs de sa chambre, Patrick Groban essayait de vider son esprit de toute pensée, en vain. Il n'arrivait pas à chasser l'image dégoutante de la créature Linderman. Il avait l'impression que son visage brûlait encore.

* Mon visage... *

La perspective de vérifier l'ampleur des dégâts le terrifiait et en même temps l'obsédait. Il fallait qu'il sache, qu'il soit fixé. Après avoir expiré un grand coup, il se leva donc, direction la salle de bains. Pat' garda les yeux baissés jusqu'à arriver devant son lavabo et le miroir qui le surplombait. Il n'existe pas de mot assez fort pour décrire l'horreur qu'il ressentit en découvrant son nouveau visage.

Un monstre, un monstre ! beugla-t-il, en tabassant le miroir avec ses poings.

Celui se brisa et des morceaux de verre se répandirent sur le sol accompagnés de lambeaux de chair. Mais pas de sang, pas une goutte. Pat' regarda ses mains. Bien que meurtries, elles ne semblaient posséder aucune blessure récente. Il reporta son attention sur le miroir. Les dents serrés, son reflet affichait un rictus des plus déplaisants élargi par la disparition de ses lèvres. Groban put noter que l'ensemble de son visage était animé de tics nerveux. Même s'il ne le voyait pas sur la glace, le reste de son corps était également la proie de mouvements convulsifs. Un observateur extérieur aurait jugé que Patrick était sur le point d'exploser. Et il aurait eu raison. Pat' se mit à hurler sa détresse. Fou de rage, il entreprit de dévaster sa salle de bains sans cesser de crier. Il arracha littéralement son lavabo qu'il envoya valdinguer dans la baignoire. Il massacra également son meuble de toilettes avant de retourner dans sa chambre pour étendre sa folie destructrice au reste de l'appartement. Il mit une demie-heure à se calmer. Dans ce laps de temps, il avait détruit tout ce qui avait été la vie de Patrick Groban. De nouveau assis sur le bord du lit, Pat' contemplait une photographie de son épouse. A présent, il était persuadé de ne plus jamais la revoir. Serrant le poing, il plia la photo avant de la jeter au milieu du reste de ses affaires éparpillées un peu partout. Il se leva ensuite calmement et retourna du côté de la penderie. Le gros de ses vêtements avait été bazardé ça et là au grès de son envie mais la penderie abritait toujours un imperméable. Patrick l'enfila avant d'attraper également un vieux chapeau qu'il plaça au-dessus de sa tête... Cagoulée ! Une fois habillé, le politicien retourna se contempler à la salle de bains. Cette tenue lui allait plutôt bien. Il n'y voyait pas grand chose avec sa cagoule mais comme ses yeux étaient foutus il s'en fichait pas mal en fait. Il s'était fabriqué un nouveau visage, celui de la peur, et là était bien l'essentiel. Il faudrait qu'il remercie Mme Jenckins à l'occasion. La cagoule qu'elle avait tricoté pour son petit-fils lui allait à merveille. La tête qu'elle avait fait en le voyant débouler dans son appartement...
:king:

* Vieille folle. * songea Patrick, en ajustant le col de sa veste.

Son look était parfait. La tâche d'encre faisait son petit effet sur la cagoule blanche. Chacun pouvait y voir une signification. Groban, lui, voyait la mort. Celle de Linderman et celle de Brent pour être précis.


Il est temps. J'ai une ville à nettoyer. Deux vermines à exterminer.

C'est ainsi que naquit Beyond the Grave, ou Grave pour les intimes^^ Razz

¤ Quartiers riches ~ Logement des W, (et de Yuna) ¤

_________________
| Beyond the Grave |

Le monde lèvera les yeux et criera : Sauvez-nous ! Et dans un murmure je dirai... Non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmenhorizon.actifforum.com
Classe 3
avatar
"Pas de destin
mais ce que nous faisons."
Grendel
Nombre de messages : 31
Capacité(s) : Potentiel accru - Métamorphose
Véritable identité : Javier Juan Anton Elena (Conway)
Date d'inscription : 09/11/2008
MessageSujet: Re: Appartement de Patrick Groban Mer 23 Sep - 13:05

~ Centre-ville - Central Park ~

Tenace, Javier avait suivi la trace du singe dans l'espoir de pouvoir assister à ses exploits. Malheureusement, il lui fut tout bonnement impossible de rejoindre 'Death Street', dont le moindre accès était à présent étroitement gardé par les forces de l'ordre. Changeant ses plans, il décida de feinter en tentant d'apercevoir quelque chose du haut d'un immeuble environnant. Il se fraya donc un chemin à travers des petites ruelles jusqu'à trouver un immeuble suffisamment haut pour lui donner un bon point de vue. Une fois arrivé sur place, Grendel hésita à se transformer pour rejoindre directement le droit. Si la métamorphose lui aurait certainement fait gagner du temps, le procédé était risqué dans la mesure où le quartier était surveillé. Il opta donc pour les escaliers. Arrivé au deuxième étage, il entendit une voix grave se plaindre à gorge déployée. Intrigué, il alla jeter un coup d'œil. Il se trouvait au deuxième étage.

Il a volé la cagoule de mon petit-fils ! Un vrai jobard, j'vous dis ! En plus, elle était même pas finie ! Il faut être fou ! disait une vieille ménagère au tour de taille impressionnant.

Bonjour, la salua Javier, en approchant. J'ai cru comprendre que vous aviez un problème.

Vous croyez pas si bien dire ! lâcha la vieille, tandis que le voisin qu'elle avait harcelé profitait de l'occasion qui lui était présentée pour s'éclipser.

Groban ! Ce cinglé m'a agressé et il a volé la cagoule de mon petit-fils ! Après ça, il s'est agité et a foutu un sacré bordel ! On l'a entendu jusque dans le couloir !

Si vous me le demandez, je m'en occupe, fit calmement Javier.

Comment ça ?

Vous le savez bien.

La grand-mère parut soudainement hésitante. Sa colère avait disparu pour faire place à l'appréhension.

Qui êtes-vous ? demanda-t-elle, suspicieuse.

Un locataire, tout comme vous, mentit Grendel. Mais j'appartiens aussi à la C.I.A..

La mamie parut soulagée.

Et vous pouvez vous en occupez ?


Je le peux, dit-il, en conservant un ton neutre.

Très bien, à vous de voir. Il habite ici, fit-elle, avant de retourner vers son appartement. Mais je ne veux pas d'ennui, vous savez. Ce n'est pas bien grave en fin de compte, ajouta-t-elle, main à la poignée.

Ne vous inquiétez pas, la rassura-t-il, en esquissant un sourire faux.

Et lorsque la vieille fut rentrée chez elle, Grendel tourna la poignée et entra dans l'appartement de Groban, Patrick de son prénom, si on en croyait l'étiquette épinglée au-dessus de la sonnette. La première chose que nota Javier en entrant dans l'appartement, en dehors du fait que Groban avait laissé la porte ouverte, fut que les lieux étaient dans un piteux état. Il n'y avait en revanche aucune trace de Groban. Refermant la porte derrière lui, Grendel se dirigea tranquillement vers la cuisine pour voir s'il pouvait trouver de quoi se faire un sandwich. Il trouva son bonheur dans le frigo et les placards, excepté du pain. Arf, voilà qui était ennuyeux. Devait-il se contenter d'une bière pour son pique-nique en plein air avec vue sur la bataille ? Pas sûr. En effet, un bruit de douche se fit entendre au-dessus de lui. L'appartement voisin, au troisième étage, n'était visiblement pas inoccupé. Les gens étaient plutôt optimistes dans le coin, pour rester chez eux avec ce qu'il se passait dehors. Ma foi, cela faisait son affaire. Embarquant deux bières avec lui, Javier grimpa donc un étage et alla frapper à la porte de 'son' voisin, ou des 'ses' voisines en l'occurrence.


~ Centre-ville - Appartement d'Alizé et de Botzaris ~

_________________
-- Vous savez déjà comment tout ça va finir. --
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmenhorizon.actifforum.com
Classe 3
avatar
"Pas de destin
mais ce que nous faisons."
Grendel
Nombre de messages : 31
Capacité(s) : Potentiel accru - Métamorphose
Véritable identité : Javier Juan Anton Elena (Conway)
Date d'inscription : 09/11/2008
MessageSujet: Re: Appartement de Patrick Groban Lun 25 Jan - 16:23

~ Centre-ville - Appartement d'Alizé et de Botzaris ~

Satisfait d'avoir pu échapper à une conversation qui allait sous peu atteindre des abysses de médiocrité, Grendel rentra 'chez lui'. Après s'être servi une nouvelle bière, Javier alluma la télévision et, tout en sirotant le précieux liquide, il regarda la fin des aventures du 'Kong de Death Street'. Un surnom qui lui allait comme un gant. La bataille finie, Grendel éteignit le téléviseur et jeta un coup d'œil à son téléphone. Toujours pas de message de la part de Wesker. Poussant un mince soupir, l'ancien agent du gouvernement entreprit d'aller faire un tour dehors, histoire de prendre l'air. Ainsi, si Linderman se décidait à le contacter, il gagnerait du temps et pourrait s'acquitter plus rapidement de sa délicieuse mission. Twisted Evil

~ Centre-ville - Ruelle ~

_________________
-- Vous savez déjà comment tout ça va finir. --
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmenhorizon.actifforum.com
"Pas de destin
mais ce que nous faisons."
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Appartement de Patrick Groban

Revenir en haut Aller en bas

Appartement de Patrick Groban

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Josh Groban : my vocal god !» Patrick Modiano» Patrick Senécal (Vous aimez l'horeur?)» [Modiano, Patrick] Dans le café de la jeunesse perdue» Waravka Patrick, chatoiement des couleurs
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men Horizon :: Logements-