AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

Impasse du Tisseur, N°7

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
"Pas de destin
mais ce que nous faisons."
Invité
MessageSujet: Impasse du Tisseur, N°7 Lun 3 Jan - 12:51



La cité des Artisans est constituée d'un ensemble de maisons ouvrières identiques tout à fait hideuses et antiques. Anciennement attachées à l'usine dont l'ombre noire couvre la cité, il n'en reste aujourd'hui que quelques unes d'habitées, les autres sont désertes, en ruine, ou rendues infréquentables par un mélange de drogués, de délinquants, d'ados en fugue et de vermines variées.

Si la noble maison Baldwin n'est que très légèrement en meilleur état que la plupart des autres taudis, elle est entourée par la réputation ténébreuse des frères Baldwin, ce qui leur garantit une certaine tranquilité, même lorsque la demeure reste inhabitée plusieurs semaines.

Si l'extérieur est dans un état de décrépitude que les propriétaires ne se lassent pas d'entretenir, l'intérieur à travers les fenêtres crasseuses, cache un certain confort que Cryos et Obs savent cultiver.
Revenir en haut Aller en bas
Classe 3
avatar
"Pas de destin
mais ce que nous faisons."
Cryos
Nombre de messages : 12
Véritable identité : Cylace C. Baldwin
Date d'inscription : 22/12/2010
MessageSujet: Re: Impasse du Tisseur, N°7 Lun 3 Jan - 19:51

Cylace Baldwin était assis, dans un hall vaste et sinistre. Il se fondait plutôt bien dans la demeure ancienne, poussiéreuse, angoissante. Il était en effet guère plus rassurant, avec ses cheveux gras (probablement héréditaires), son style discutable et ses airs... étranges tout simplement. Dire qu'il était allongé serait plus juste puisque ses pieds étaient posés sur un bureau, à proximité. Son regard vif était tourné vers une télé qui n'était pas de la première jeunesse, à en juger par la taille et l'épaisseur de l'écran ! Du coup, il était tordu; sa position devait être particulièrement inconfortable, pourtant, il demeurait ainsi. Lui recherché... C'était réellement trop injuste. Il était sans cesse en alertes. Ses ennemis étaient nombreux et variés mais ils ne l'auraient jamais. Qui soupçonnerait qu'il était revenu vivre ici ? Avec son frère ? Certains les disaient en mauvais terme. Ce n'était peut-être pas tout à fait faux. L'autorité était déjà venue, en vérité, mais il était insaisissable !!! Enfin, l'adjectif, car il n'était pas une terroriste... Son regard était ainsi fixé sur l'écran... brisé. Son nom était revenu dans les médias et sous l'effet de la colère, il y avait jeté une babiole qui avait appartenu à leur mère.
Il y eut finalement un bruit derrière lui. Cryos sursauta, manqua de chuter mais se rattrapa avec une agilité respectable. Il fit volte-face et... éclata de rire :


Ah, ce n'est que toi !

Il esquissa un sourire mauvais, puis se rassit, aussi bizarrement qu'auparavant, avec indifférence. Il était plus intéressé par l'écran explosé que par son frère, apparemment... Quoique...

Il ne me fait plus confiance, dit-il, en hochant doucement la tête de gauche à droite.

Obs ne saurait probablement pas de qui il parlait, mais il avait l'habitude. Même les personnes dites inébranlables ont une faille !


Alors, qu'est-ce que tu as fait ? Tu t'es rendu sur la tombe de ta femme, peut-être ? se hasarda-t-il, intrigué, en affichant un nouveau sourire mauvais.

Souvenirs, souvenirs...

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
"Pas de destin
mais ce que nous faisons."
Invité
MessageSujet: Re: Impasse du Tisseur, N°7 Mar 4 Jan - 14:58

=> Hors de New York, Fondation Akatsuki, Bureau d'Atia

Il marchait dans le tunnel noir reliant les réalités. L'espace se refermait derrière lui, et il ne tarda pas à voir disparaitre le quatuor laissé derrière lui. Il se mordit la lèvre. Gavin ne l'avait pas vu venir. Son visage reprit malgré tout sa macabre sérénité lorsqu'il déboucha au milieu de la cité des Artisans. Son passage se referma et il avança au milieu des sombres ruelles jusqu'à rejoindre le taudis de sa famille.

Il entra et tomba sur lui.


"Ah, ce n'est que toi !"

Obs haussa un sourcil. Aucun intérêt.

"Il ne me fait plus confiance."

Sérieusement ? Quelle... Surprise.

Il afficha un mince sourire cruel, alors que le reste de son visage était de marbre. Ses yeux noirs et froids fixés sur l'obscurité.

"Alors, qu'est-ce que tu as fait ? Tu t'es rendu sur la tombe de ta femme, peut-être ?"

De la même manière que lorsqu'Atia avait prononcé le nom de "Miranda Carter", le visage de l'Invisible eut une très légère crispation, qu'il dissimula très rapidement.

Tu t'imagines vraiment que je me suis fatigué à l'enterrer ? Quelle sottise.

Il conserva sa veste en passant à côté du porte-manteau. L'éclat sur la télévision se résorbait, mais il ne fit aucun commentaire, ne la regarda même pas, ni même Cryos.

Pauvre frère. Qu'es-tu devenu...

Ne vous y trompez pas, ce n'était absolument pas de la compassion.
Revenir en haut Aller en bas
Classe 3
avatar
"Pas de destin
mais ce que nous faisons."
Cryos
Nombre de messages : 12
Véritable identité : Cylace C. Baldwin
Date d'inscription : 22/12/2010
MessageSujet: Re: Impasse du Tisseur, N°7 Mar 4 Jan - 17:47

"Sérieusement ? Quelle... Surprise." rétorqua-t-il.

Cryos n'avait même pas entendu. A présent, il avait le visage tourné vers le plafond, les yeux fermés, la tête qui allait lentement de haut en bas. L'isolement ne lui allait décidément pas... Cette maison de malheur n'était-elle pas comme une prison ? Et alors, Obs... serait le pire des gardiens imaginables, ou l'un des plus drôles, à voir.


Rien n'est plus drôle que le malheur, je te l'accorde, lui "répondit"-il.

A croire qu'il ne différenciait pas toujours ses propres pensées de la dernière phrase qu'on lui avait adressé.


"Tu t'imagines vraiment que je me suis fatigué à l'enterrer ? Quelle sottise."

Cylace reporta son attention sur son frère, toujours souriant. Il ne s'était donc pas rendu compte que le sujet était relativement sensible. De toute façon, il connaissait bien mieux son frère qu'il ne le laissait paraitre. Obs était un grand menteur, quand bien même il s'évertuait à conserver un silence froid et lugubre. Il avança alors et parla d'un ton des plus méprisants :

"Pauvre frère. Qu'es-tu devenu..."

Je suis devenu ce qu'ils ont fait de moi. Je ne suis pas comme toi, Gavin... Je suis incapable de rester insensible à la mort de mes proches, comme à quoique ce soit d'autres d'ailleurs, répondit-il, sur le ton de la conversation.

Il eut une pensée pour son premier emprisonnement... Lui, frustré, vexé ou accusateur ? Aucunement.


Mais tu ne trompes pas tout le monde... Un jour, il faudra bien que tu prennes partie. Tu es un Baldwin, après tout, fit-il avec bonne humeur et pourtant las, en haussant les épaules.

Ils ne faisaient rien dans la demi-mesure...

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
"Pas de destin
mais ce que nous faisons."
Invité
MessageSujet: Re: Impasse du Tisseur, N°7 Mer 5 Jan - 1:07

"Rien n'est plus drôle que le malheur, je te l'accorde."

Evidemment. C'est tout à fait ce qu'il venait de dire. Aussi ne répondit-il rien aux délires de son frère cadet. Ou ainé, qui sait...
Et bien sûr, leur conversation avait autant de sens que les conversations quotidiennes de Gavin avec le reste du monde. En pire.


"Je suis devenu ce qu'ils ont fait de moi. Je ne suis pas comme toi, Gavin... Je suis incapable de rester insensible à la mort de mes proches, comme à quoique ce soit d'autres d'ailleurs."

Ho, c'est vrai. J'oublie toujours ce fabuleux talent d'empathie qui t'a permis de la tuer et de finir en prison. Sans aucun doute.

Qu'importaient leurs sentiments personnels où à l'égard des autres, leurs échanges étaient toujours parfaitement surréalistes et faux. Difficile de savoir s'ils échangeaient parfois une parole sincère, où même ce qu'ils représentaient vraiment l'un pour l'autre.

"Mais tu ne trompes pas tout le monde... Un jour, il faudra bien que tu prennes partie. Tu es un Baldwin, après tout."

Obs aurait rit si ce mouvement ne lui était pas biologiquement impossible. Il se contenta de fixer son frère avec une expression un peu dégoutée, un demi-sourire sur le visage.

Tu devrais décrasser les fenêtres de ton petit monde, et te rendre compte à quel point cette ville pourri sur pied.

Il gardait toujours l'espoir que la violence de ses réactions sortirait Cryos de sa méditation de fou, mais c'était une bien faible lueur d'espoir. Vaine, assurément.

Quant à prendre parti, tu voudrais me voir rejoindre le cercle de chiens fidèles de Darius Lomÿs... Mon pauvre frère, prisonnier de son corps et de ses sombres pensées, pense-tu être un peu fou ?

Il ne parlait jamais de ses sympathies, même avec son plus proche et dernier parent "amical". Comment être sûr de pouvoir se fier à lui ? Il est certain qu'il ne tenterait jamais de le pousser à rejoindre les Invisibles.
Revenir en haut Aller en bas
Classe 3
avatar
"Pas de destin
mais ce que nous faisons."
Cryos
Nombre de messages : 12
Véritable identité : Cylace C. Baldwin
Date d'inscription : 22/12/2010
MessageSujet: Re: Impasse du Tisseur, N°7 Mer 5 Jan - 10:18

"Ho, c'est vrai. J'oublie toujours ce fabuleux talent d'empathie qui t'a permis de la tuer et de finir en prison. Sans aucun doute."

Cryos éclata de rire. Obs était trop drôle. Qu'est-ce qu'il aimait son frère !

Ton cœur n'a jamais penché vers elle, lui dit-il, mettant glorieusement les pieds dans le plat.

Et puis Obs lui donna un conseil, à moins que ça ne soit de la pure provocation...


"Tu devrais décrasser les fenêtres de ton petit monde, et te rendre compte à quel point cette ville pourri sur pied."

Quand nous serons plus sages, quand la souffrance soulage... JULIA ? JULIA ! Siempre la vita, Julia, chantonna-t-il, sans un regard.

Les convictions de Obs l'intéressaient-elles ? Pas du tout. Ne s'était-il jamais demandé s'il n'était pas le plus fou des deux ? Et pourtant... Si Cryos ne savait pas avec exactitude ce qu'il trafiquait, il avait des doute suffisants...


"Quant à prendre parti, tu voudrais me voir rejoindre le cercle de chiens fidèles de Darius Lomÿs... Mon pauvre frère, prisonnier de son corps et de ses sombres pensées, pense-tu être un peu fou ?"

Allons, ce n'est que le passé, Gaaaaavin. Paradoxalement, je suis plus libre que toi, poursuivit-il, en se levant.

Obs avait le mérite d'avoir entièrement attiré son attention. Exploit du mois. Mais s'en réjouirait-il ?


Je fais ce qu'il me plait, je n'ai pas à supporter des gens que je méprise, et encore moins à me plier à leurs "règles". Quand quelqu'un me déplait, je le lui faire comprendre, lorsque j'aime quelqu'un, je n'hésite pas à le lui avouer. Quand as-tu été fidèle à toi-même pour la dernière fois ? Ce n'est pas que du cynisme, Gavin, c'est de la peur et de la frustration.

Le ton indifférent faisait un union bizarre avec le sérieux des paroles.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
"Pas de destin
mais ce que nous faisons."
Invité
MessageSujet: Re: Impasse du Tisseur, N°7 Mer 5 Jan - 13:01

"Ton cœur n'a jamais penché vers elle."

Gavin resta parfaitement inexpressif. Ca ne regardait pas Cryos d'interpréter ses sentiments. Qu'il ait une quelconque information où non.

"Quand nous serons plus sages, quand la souffrance soulage... JULIA ? JULIA ! Siempre la vita, Julia."

Bunny, que c'était lassant cette manie de raconter n'importe quoi n'importe quand.

Tu ne seras jamais plus sage, Cylace.

Jamais plus sage ou plus jamais sage, les deux étaient parfaitement adaptés. Qu'importe leurs activités, Obs ne passait pas pour un ange. Que ce soit en paroles ou en actes, il assumait pleinement sa vie et ses convictions. Il le devait.

"Allons, ce n'est que le passé, Gaaaaavin. Paradoxalement, je suis plus libre que toi."

Non, tu es cloîtré au caveau familial. Ta liberté est morte avec ce que tu as pris pour idéal.

Toujours ce mince sourire dégouté. Comment penser autrement. Les Invisibles menaient la danse, et Darius Lomÿs en était déclaré ennemi par la liste noire, Cryos avait été fou de s'y associer. Il suffisait de voir où tout cela l'avait mené.

"Je fais ce qu'il me plait, je n'ai pas à supporter des gens que je méprise, et encore moins à me plier à leurs "règles". Quand quelqu'un me déplait, je le lui faire comprendre, lorsque j'aime quelqu'un, je n'hésite pas à le lui avouer. Quand as-tu été fidèle à toi-même pour la dernière fois ? Ce n'est pas que du cynisme, Gavin, c'est de la peur et de la frustration."

Ne me parle pas comme ça, lâcha Obs, la voix sifflante, j'ai choisis ma propre prison mais tu n'as pas fait mieux. Si tu n'avais pas peur, si tu n'étais pas frustré, tu serais dehors.

Son ton à lui laissait place à une colère mesurée et glaciale. Ce n'est pas à Cylace qu'il allait rendre des comptes, son frère était en effet bien mal placé pour lui faire la leçon. Mais de toute façon, chez Cryos, tout ce qui entrait par une oreille ressortait par l'autre. Et durant tout ce temps, Gavin était resté debout au milieu de la pièce, drapé dans sa grande veste noire.
Revenir en haut Aller en bas
Classe 3
avatar
"Pas de destin
mais ce que nous faisons."
Cryos
Nombre de messages : 12
Véritable identité : Cylace C. Baldwin
Date d'inscription : 22/12/2010
MessageSujet: Re: Impasse du Tisseur, N°7 Mer 5 Jan - 20:59

Heureusement que Cylace se préoccupait de la conversation en cours, tout en s'en moquant éperdument. Effectivement, Obs n'était pas de nature expansive et plutôt avare en réponses. De plus, son masque d'impassibilité était quasiment indestructible. Cryos marquait-il un point ou pas ? Difficile à dire. De toute façon, ce n'était qu'un jeu. Comme tout.

"Tu ne seras jamais plus sage, Cylace."

Les esprits dit "raisonnables" étaient tout de même fascinants et étranges ! Pourquoi répondre à une intervention qui se suffisait à elle-même, qui n'avait rien à voir avec la discussion en cours, et n'était pas du tout adressée à Gavin ? Cryos leva les yeux au ciel, plus exaspéré par cela que par le contenu des propos de son frère.

"Non, tu es cloîtré au caveau familial. Ta liberté est morte avec ce que tu as pris pour idéal."

Idéal, voilà un joli mot, répliqua-t-il, avec un nouveau sourire mauvais.

Les hommes de lettres avaient en vérité solidifié bien des mots qui n'avaient concrètement aucune signification. Un idéal n'existait pas. Mourir pour un idéal était absurde. Se sacrifier l'était tout autant. Une idée était pareille au néant. Mais l'esprit humain était aussi puissant que trompeur et malsain...


Bravo Gavin ! Tu as encore misé sur ton esprit subtil et pénétrant et comme toujours, tu n'es pas arrivé à la bonne conclusion, dit-il, sur un ton badin.

Toujours stoïque, Obs finit néanmoins par perdre son sourire aussi léger que de mauvais augure. Quoique neutre, son regard cave menaçait de s'enflammer. Cryos avait un certain talent pour énerver, même les gens les moins sanguins !


"Ne me parle pas comme ça, j'ai choisis ma propre prison mais tu n'as pas fait mieux. Si tu n'avais pas peur, si tu n'étais pas frustré, tu serais dehors."

Au moins, tu l'admets, s'exclama-t-il, victorieux, en se rasseyant, très décontracté. Tu es parfois un mystère, mon cher frère. J'ai conscience de toute cela, je ne suis pas fou, lui assura-t-il, même si le ton comme l'air employés laissaient penser le contraire. Pourquoi me provoquer et volontairement retourner le couteau dans la plaie si tu ne veux pas que je te renvoie la balle ? Ce n'est pas très intelligent...

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
"Pas de destin
mais ce que nous faisons."
Invité
MessageSujet: Re: Impasse du Tisseur, N°7 Mer 5 Jan - 21:35

"Bravo Gavin ! Tu as encore misé sur ton esprit subtil et pénétrant et comme toujours, tu n'es pas arrivé à la bonne conclusion."

Je ne vois pas en quoi. Laissa-t-il tomber, désinteressé. Et nullement touché par l'insulte.

Il prenait l'habitude de ces conversations ni queue ni tête avec Cylace.


Au moins, tu l'admets, ajouta son frère après avoir réussi à l'agaçer. Tu es parfois un mystère, mon cher frère. J'ai conscience de tout cela, je ne suis pas fou. Pourquoi me provoquer et volontairement retourner le couteau dans la plaie si tu ne veux pas que je te renvoie la balle ? Ce n'est pas très intelligent...

Qui a dit que ce n'était pas le but ?

Il réhaussa son sourcil, le faisant pratiquement disparaitre derrière ses cheveux gras.

Et franchement, qui a dit que tu n'étais pas fou ?

Il parlait toujours d'une voix lente et basse, presque dépourvue de toutes traces d'humanité. Même son propre frère n'avait pas le bénéfice d'un peu de compassion.

Quand à comprendre pourquoi je cherche à faire réagir la larve poilue et collante qui adhèrera bientôt au fauteuil, je crois que je viens de fournir une réponse.

Il lâcha un léger bruit ressemblant, après examen minutieux, à un rire. Vu la sonorité, on comprenait qu'Obs évite généralement de produire ce genre de sons. Mais il préservait toujours son petit sourire et gardait le visage indéchiffrable.

Si je ne craignais pas que ces idiots ne fassent brûler tout le quartier, j'avertirais moi-même la X-Squad, juste pour avoir confirmation du fait que les champignons et la transpiration ne t'ont pas encore fait tout à fait fusionner avec ton siège.
Revenir en haut Aller en bas
Classe 3
avatar
"Pas de destin
mais ce que nous faisons."
Cryos
Nombre de messages : 12
Véritable identité : Cylace C. Baldwin
Date d'inscription : 22/12/2010
MessageSujet: Re: Impasse du Tisseur, N°7 Mer 5 Jan - 22:39

"Je ne vois pas en quoi."

Obs avait fait preuve d'une meilleure répartie. Il était si sûr de ses capacités intellectuelles et "mutantes". D'ailleurs, les unes étaient aussi falsifiées que les autres, n'est-ce pas ? Il n'insista pas, pour la simple raison qu'il n'avait rien à y gagner.


"Qui a dit que ce n'était pas le but ?"

Et il jouait encore une fois la carte de la contradiction. Ses prétendus paradoxes et mystères ne trompaient pas tout le monde. Depuis quand aimait-il qu'on lui fasse la moral ?


"Et franchement, qui a dit que tu n'étais pas fou ?"

Une voix très aiguë dans ma tête, assura-t-il.

Était-ce ironique ? Il ne souriait pas en tous cas. Ça avait presque de quoi faire froid dans le dos. Mais Obs était redevenu "inébranlable".


"Quand à comprendre pourquoi je cherche à faire réagir la larve poilue et collante qui adhèrera bientôt au fauteuil, je crois que je viens de fournir une réponse."

Cylace partit d'un grand rire, dépourvu de joie cette fois-ci. Très bien, il le trouvait un peu déjanté, complètement maboule... Quelle importance ? Ce n'était pas le premier. Mais peut-être était-il saint d'esprit tandis que le monde lui... Parfaitement ! Le monde ne tournait plus rond ! Mais allez leur faire comprendre à tous... Les fous ne savent pas qu'ils le sont. Il regagna toutefois son sérieux lorsque Obs "ria". Il est vrai qu'il devrait rester étranger à tous ces... trucs typiquement humains.

"Si je ne craignais pas que ces idiots ne fassent brûler tout le quartier, j'avertirais moi-même la X-Squad, juste pour avoir confirmation du fait que les champignons et la transpiration ne t'ont pas encore fait tout à fait fusionner avec ton siège."

Cryos se leva dudit siège, comme s'il s'était assis sur une aiguille. Il resta toutefois debout, presque inerte, face à son frère. Une lueur démente se logea dans son regard ténébreux.

C'est fou ce que tu lui ressemblais...

Il soupira, histoire de restituer son calme. C'était absurde de tenter de tuer son propre frère. Finalement, il "sembla" regagner sa jovialité.

Excusez-moi, de ne pas être à la hauteur de ce que Gavin attend de moi, dit-il en levant les yeux vers le ciel, les mains jointes. Repasser par exemple, faire à manger, passer l'aspirateur, lui peigner les cheveux... Ah ça, personne ne le peut. Me joindre à lui dans ses nébuleuses activités... Mais il se donne parfois des airs si importants que je suis intimidé, et crains de le gêner.

Il esquissa un nouveau sourire. Il ne croyait pas une seconde à la menace de Obs.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
"Pas de destin
mais ce que nous faisons."
Invité
MessageSujet: Re: Impasse du Tisseur, N°7 Jeu 13 Jan - 23:20

"Une voix très aiguë dans ma tête."

Ho ho ! On a retrouvé la version psychotique de Jiminy Cricket, il faut prévenir Mickey Mouse et les studios Disney.

Que ce soit vrai ou pas, Gavin supportait son frère tel qu'il était depuis des années, il n'allait pas s'inquiéter de savoir s'il était réellement dérangé, ou juste légèrement désaxé.
Après que le chimiste eut attaqué sur l'inactivité patente de Cryos, celui-ci se leva avec ue mauvaise foi qui arracha un sourire à l'Invisible.


"C'est fou ce que tu lui ressemblais..."

Il pouvait presque voir les pensées qui tourbillonnaient dans l'esprit de Cylace, et ça ne l'inquiétait pas le moins du monde. Il avait beaucoup à faire, mais peu à perdre. Deux choses comptaient dans sa vie, et toutes deux pouvaient se passer de lui.

"Excusez-moi, de ne pas être à la hauteur de ce que Gavin attend de moi. Repasser par exemple, faire à manger, passer l'aspirateur, lui peigner les cheveux... Ah ça, personne ne le peut. Me joindre à lui dans ses nébuleuses activités... Mais il se donne parfois des airs si importants que je suis intimidé, et crains de le gêner."

Un sourire toujours plus cruel fendait le visage d'Obs. Le jeu de son frère cadet. Ou ainé ? L'amusait au plus haut point.

Repasser ? Oui, les motifs de fer à repasser brûlés sur les vêtements, ça doit être mode dans l'univers du chapelier fou. D'ailleurs.

Il désigna le crâne de Cryos d'un doigt crochu. Un haut-de-forme aux couleurs criardes, à motifs de lapins...

Préparer à manger ? La dernière fois, ma femme est morte, je crois que l'expérience suffit. Passer l'aspirateur ? Lorsque tu as conseillé à mon fils de balayer la poussière sous le tapis du salon, jusqu'à ce qu'une taupinière de saletés se soit accumulé, nous avons eu la preuve que ton avis était plein de valeur.

Son regard se mit à brûler d'un feu assez effrayant, il repensa à cette phrase. Hors de question de le mêler à tout ça.

Rien ne t'autorise à te mêler de mes activités, aussi "nébuleuses" soient-elles. Me suis-je mêlé de tes petites rencontres avec Darius Lomÿs au sous-sol de... N'est-ce-pas ? J'espère que tu n'as pas pensé que tu étais réellement assez doué pour échapper à la vigilance du vampire que je suis...

Vampire, c'était juste pour priver Cylace du plaisir de le dire, lui qui adorait se moquer en prétendant que Gavin se nourrissait en absorbant ce qu'il y a de plus pourri sur terre.
Revenir en haut Aller en bas
Classe 3
avatar
"Pas de destin
mais ce que nous faisons."
Cryos
Nombre de messages : 12
Véritable identité : Cylace C. Baldwin
Date d'inscription : 22/12/2010
MessageSujet: Re: Impasse du Tisseur, N°7 Mar 18 Jan - 13:43

"Ho ho ! On a retrouvé la version psychotique de Jiminy Cricket, il faut prévenir Mickey Mouse et les studios Disney."

Oui, Obs était un grand fan de Disney. Qui l'eut cru ? Quoique... Il avait une certaine ressemblance avec Jafar, et tous les affreux ! S'il était difficile de dérouter Gavin, il en allait de même pour son frère.

Ce soir, le rôle d'Aladdin sera joué par un acteur grand, ténébreux, sinistre et moche, récita-t-il, car il connaissait ses classiques.

Et voilà que le concerné esquissait un sourire effrayant et... moche, justement ! Il fallait savoir ! Cryos était gênant ou amusant ?


"Repasser ? Oui, les motifs de fer à repasser brûlés sur les vêtements, ça doit être mode dans l'univers du chapelier fou. D'ailleurs."

Il ne termina pas sa phrase, pour cause, il préféra pointer un doigt accusateur sur la tête de son frère. Celui-ci redouta le pire l'espace d'une demi-seconde, avant qu'un chapeau atypique n'apparaisse sur son crâne ! Il le retira et en observa les motifs avant d'éclater de rire, et de le remettre à sa place. Un grand merci à Obs et vive Bunny !

"Préparer à manger ? La dernière fois, ma femme est morte, je crois que l'expérience suffit."

Pour toute réponse, il lui adressa un large sourire, un rien malsain... Il n'allait pas lui dire qu'il la regrettait ! En plus, il avait soulagé les souffrances de ladite femme... Comment avait-elle pu épouser Gavin ? L'un des grands mystères de la vie...

"Passer l'aspirateur ? Lorsque tu as conseillé à mon fils de balayer la poussière sous le tapis du salon, jusqu'à ce qu'une taupinière de saletés se soit accumulé, nous avons eu la preuve que ton avis était plein de valeur."

Là, il ne masqua plus son ennui. Il fit mine de regarder une montre qu'il ne possédait pas, tout en baillant. Mais encore ? Heureusement que la colère envahissait à nouveau le... Enfin, ce qui servait de cœur à Obs.

"Rien ne t'autorise à te mêler de mes activités, aussi "nébuleuses" soient-elles. Me suis-je mêlé de tes petites rencontres avec Darius Lomÿs au sous-sol de... N'est-ce-pas ?"

Serait-ce de la jalousie ? Tu n'es pas son genre, Gaaavin.

"J'espère que tu n'as pas pensé que tu étais réellement assez doué pour échapper à la vigilance du vampire que je suis..." poursuivit-il.

Certes, il appréciait beaucoup moins le fait que... Obs l'épie. Quoique d'une certaine manière, c'était flatteur !


Moi qui pensais que ta vie était morne, sinistre et nulle... J'étais loin du compte ! Tu critiques la mienne, cela ne t'empêche pas d'y fourrer ton énorme nez, commenta-t-il en haussant les épaules, tout en se rasseyant.

Gavin, Gavin... Je sais pertinemment que tu n'es pas le grand méchant loup, pour lequel tu espères te faire passer, lui confia-t-il avec sympathie ou... mépris.

Tu n'as rien de mieux à faire, d'ailleurs ?

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
"Pas de destin
mais ce que nous faisons."
Invité
MessageSujet: Re: Impasse du Tisseur, N°7 Mar 25 Jan - 17:06

"Ce soir, le rôle d'Aladdin sera joué par un acteur grand, ténébreux, sinistre et moche."

Vraiment spirituel, Cylace.

Sans compter que Obs était plutôt du type... "Génie".
Mais ce n'était pas le plus épineux sujet sur lequel ils pouvaient être en désaccord.


"Serait-ce de la jalousie ? Tu n'es pas son genre, Gaaavin."

Il esquissa un sourire mauvais, et haussa un sourcil, dans une expression glaciale.

Le grand Darius Lomÿs, défenseur des faibles, des moldus, des opprimés. La presse a largement médiatisé son discours lors de ce ridicule "Bal d'Automne".

"Moi qui pensais que ta vie était morne, sinistre et nulle... J'étais loin du compte ! Tu critiques la mienne, cela ne t'empêche pas d'y fourrer ton énorme nez."

Gavin se contenta tout d'abord d'un reniflement de mépris "de son énorme nez" pour répondre.

Ma vie est morne et sinistre, aussi je te conseille de ne pas trop t'y pencher, mon frère.

Ce n'était pas une menace, il n'avait pas la folie de jouer à ce jeu là avec le dernier membre de sa famille.

"Gavin, Gavin... Je sais pertinemment que tu n'es pas le grand méchant loup, pour lequel tu espères te faire passer."

Le chimiste sembla ne pas l'avoir entendu, se déplacant dans la pièce, il avait remis sa cape sur ses épaules.

"Tu n'as rien de mieux à faire, d'ailleurs ?"

Assurément, si. Lui répondit-il du tac-au-tac. Prends soin de toi mon frère. Et ne fais pas brûler la maison.

Un trou apparut sous les pieds de Obs, comme une plaque de verre. Il dévoilait un sombre paysage. Ce qui n'empêcha pas l'espion d'y plonger.

=> ?
Revenir en haut Aller en bas
Classe 3
avatar
"Pas de destin
mais ce que nous faisons."
Cryos
Nombre de messages : 12
Véritable identité : Cylace C. Baldwin
Date d'inscription : 22/12/2010
MessageSujet: Re: Impasse du Tisseur, N°7 Mer 26 Jan - 9:00

"Vraiment spirituel, Cylace."

Encore une fois, il le salua vaguement d'un signe de tête, en signe de reconnaissance. Il lui adressa un large sourire (certes pas éclatant) de surcroit. Ce genre de petites formules ironiques était beaucoup trop courant pour qu'il s'en formalise. Obs ne vivait que par -et pour- le sarcasme. S'il excellait dans un autre domaine; c'était le mépris :

"Le grand Darius Lomÿs, défenseur des faibles, des moldus, des opprimés. La presse a largement médiatisé son discours lors de ce ridicule "Bal d'Automne"."

C'est pas ton truc, les mondanités, Gaaavin, commenta-t-il, amusé, (comme si ce n'était pas aussi son cas). Si une réunion se fait dans un cimetière, je te préviens; promis !

Les répliques meurtrières, ou bien comiques, ne cessaient de fuser. La joute verbale s'éternisait, comme toujours...

"Ma vie est morne et sinistre, aussi je te conseille de ne pas trop t'y pencher, mon frère."

Il haussa les épaules. Une énième recommandation. Sans être une menace, elle sous-entendait clairement qu'il n'avait pas intérêt à n'en faire qu'à sa tête. Soit. Espionner Obs n'était pas l'une de ses priorités, quand bien même il était... Non pas inquiet, mais intrigué. Si un jour, une pulsion l'incitait à se mêler des affaires du vampire, nul doute qu'il n'en ferait qu'à sa tête, cela dit. Il fonctionnait ainsi ! Il porta le bord du chapeau sur ses yeux. Gavin n'avait même pas répondu lorsqu'il avait évoqué une éventuelle gentillesse. Regardez-le ! C'est qu'il fuyait les sujets qui fâchent ! Cryos s'était de toute façon -brutalement- désintéressé de son frère.

"Assurément, si. Prends soin de toi mon frère. Et ne fais pas brûler la maison."

Pourquoi chercher à me brûler ?! Très bien, je prends soin de la maison, répliqua-t-il distraitement, tandis que Obs disparaissait.

Comme si rien ne s'était passé, comme s'il était doté de la mémoire d'un poisson rouge... Cryos retourna à ses occupations ô combien captivantes.

Chapeau, articula-t-il, tout en retirant son couvre-chef, avant de le fixer en louchant quelque peu.

S'il s'aérait un peu ?


=>

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
"Pas de destin
mais ce que nous faisons."
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Impasse du Tisseur, N°7

Revenir en haut Aller en bas

Impasse du Tisseur, N°7

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» La fabrique du bout de l'impasse (Création Romane - 2013)» [Arte TV] Impasse à Gauche» L'Impasse de Brian De Palma avec Al Pacino» Au temps où Bruxelles bruxelait» Les Six Compagnons et la Perruque Rouge
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men Horizon :: Logements-