AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

Bureau du Boss

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Classe 4
avatar
"Pas de destin
mais ce que nous faisons."
Tirésias
Nombre de messages : 104
Capacité(s) : Télépathie, télékinésie
Véritable identité : Stuart Gerrity
Date d'inscription : 23/03/2007
MessageSujet: Re: Bureau du Boss Mar 7 Oct - 10:54

La jeune femme capta tout à fait le double sens, et entreprit de quitter les lieux. Conway la salua d'un signe de tête. Il lui faisait aussi confiance qu'à Dryer ou encore Jax. Il pensait pouvoir compter sur elle. Ca avait été le cas, passé un temps avec Gwaihir... Mais elle avait complètement déliré. Suspect
Il termina ce qu'il avait à faire, après quoi, il referma la porte de son bureau. Il faudrait que quelqu'un s'occupe de cette vitre^^ Il passa devant le nouveau bureau de Daji sans s'arrêter, puis quitta les locaux.

=>

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Classe 4
avatar
"Pas de destin
mais ce que nous faisons."
Tirésias
Nombre de messages : 104
Capacité(s) : Télépathie, télékinésie
Véritable identité : Stuart Gerrity
Date d'inscription : 23/03/2007
MessageSujet: Re: Bureau du Boss Sam 11 Déc - 14:57

  • Ellipse

Le Président esquissa un sourire, l'air plutôt satisfait et ravi, tout en faisant tournoyer un stylo. Son esprit se laissait aller à mille décisions prochaines à prendre, et surtout, aux joies que procurerait l'avenir. Tout se passait comme prévu. Le discours de Darius Lömys, bien qu'il eût été diffusé, et largement rabâché (notamment par un certain Anton Tozier, plus anarchiste que pro-mutants), n'avait en rien affecté les consciences. Après la suite d'attentats tragiques au sénat et la peur des mutants en général, l'attaque de Squall avait été ce que l'on appelle la cerise sur le gâteau. Le peuple était terrorisé et recherchait non pas un homme de confiance, mais un héros. Aussi avaient-ils élu le premier des anti-mutants, malgré tout ce que l'on disait à son sujet. Le sénateur Markum était revenu avec force, pour mieux se faire ridiculiser. Conway n'avait même pas eu envie de le faire tuer. Subtilement, mais sûrement, il avait aveuglé le peuple en portant des coups durs à la "menace" mutante. Les plus grosses pertes étaient du côté de la Confrérie des Mutants. Soit, Magnéto n'était qu'un rival potentiel, dans sa conquête du pouvoir. Pendant ce temps-là, il s'assurait d'avantage de pouvoirs chaque jour, en méprisant les droits fondamentaux. Le programme "Sentinelle" avait été une réussite. Au risque de se répéter, tout allait pour le mieux. Bientôt, Suoidis se révélerait au monde, et deviendrait le plus grandiose des dictateurs qui aient foulé cette Terre. Il marquerait les esprit pour des centaines d'années.
Il sortit de ses songes pour relire le dernier article en date de son neveu Sigmund. "Futur ex-journaliste", avait-il signé. C'est qu'il était aussi devin. Ceci dit, il faudrait s'occuper de Kelvin de manière à ne pas éveiller les soupçons. Il ne faudrait pas que ce torchon soit confirmé pour la majorité. Beaucoup se méfiaient, mais la plupart était incroyablement facile à berner.


Ils ne devraient plus tarder,
dit-il.

Il attendait son vice-président et l'une de ses favorites, d'une minute à l'autre. Nathan Petrelli et future ex madame Colton, d'après ce qu'il avait entendu dire. Il n'était pas devenu égocentrique au point de parler seul. Ce que personne d'autres ne pouvait constater, c'est que sa fidèle Evidence se trouvait dans la pièce...

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Classe 1
avatar
"Pas de destin
mais ce que nous faisons."
Président Petrelli
Nombre de messages : 122
Capacité(s) : Vol / Barrière mentale puissante
Véritable identité : Tim Profit
Date d'inscription : 15/12/2006
MessageSujet: Re: Bureau du Boss Dim 19 Déc - 0:05

1er Message Post-ellipse

Les portes de l'ascenseur s'ouvrirent sur Tim et Daji. Sur ordre de Mr Jax, il avait attendu cette dernière dans le hall de la base. Il connaissait parfaitement les lieux depuis qu'il était devenu Céleste. Et avec les morts ou disparitions d'anciens Célestes, il n'était pas resté numéro 7 bien longtemps. Une ascension fulgurante dans la hiérarchie des Invisibles. Sans compter celle en politique.
Qui aurait cru qu'un jour Tim Profit deviendrait vice-Président des USA ? Pas ses parents, c'est certain. Et de toute façon, ils n'étaient plus de ce monde pour assister à cela. Et le vrai Nathan Petrelli, aurait-il seulement atteint ce stade dans sa carrière ? Avant qu'il ne soit remplacé par son sosie en tout point, Petrelli n'avait jamais été un politicien avec beaucoup d'ambition. Les choses avaient changé avec Tim. Jax voulait un membre dans la sphère politique, et il avait choisi l'homme parfait pour ça.
Il s'arrêta devant la porte du bureau de Suoidis avant de frapper. Et il repensa brièvement à la surprise qu'il avait eu en découvrant qui se cachait là derrière, la toute première fois. Le Céleste n°1 avait un jour organisé la rencontre avec LE boss des Invisibles. Jusque là, il avait toujours cru que c'était Jax qui dirigeait tout. Comme il se trompait. Et l'ampleur du plan des Invisibles s'était alors dévoilé à ses yeux.
Mettre un faux anti-Mutant à la tête du pays, donner le change quelques temps, et finalement, dernière étape, révéler sa vraie nature. Les Mutants au sommet d'une des plus puissantes nations de la planète.
Après, il y avait aussi l'autre plan. Celui qui n'allait pas tarder à se dérouler. Personnellement, il n'avait rien contre. ^^
Il poussa la porte. Conway était assis à son bureau, un article de journal sous les yeux. Tim esquissa un sourire. La presse était vraiment tombé dans le panneau. Même Gloria publiait des articles diffamatoires sur eux à l'occasion. Il avait même pris plaisir à en écrire un pour elle, en la laissant y apposer sa signature.


- Monsieur, salua-t-il. On dirait que toute la presse s'est mise en mode "Dirt". Cela doit faire plaisir à Penny.

Tout ces journalistes qui critiquaient et s'en prenaient au Président... Une véritable lapidation, comme Dirt le faisait depuis ses tous débuts, avec tout le gratin et les people du moment. Et la star des derniers mois, ce n'était plus Gwen Harrison mais Marvin Conway. Le scandale sur les origines de l'actrice en avait d'ailleurs presque été éclipsé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Classe 3
avatar
"Pas de destin
mais ce que nous faisons."
Daji
Nombre de messages : 93
Capacité(s) : Facteur guérisseur - Télépathie rudimentaire
Véritable identité : Mary Clayton
Date d'inscription : 11/07/2007
MessageSujet: Re: Bureau du Boss Mer 26 Jan - 22:42

§ 1er Message Post-Ellipse §

Lorsque Mary Colton ; très prochainement Clayton ; arriva dans le hall de la base, elle ne fut pas surprise d'y trouver Tim Profit. Le vice-président Petrelli avait en effet eu pour consigne d'y attendre la Céleste n°2 avant de monter jusqu'au bureau de Suoidis. Il y avait une raison essentielle à cela. Daji devait en effet le vacciner contre les effets dévastateurs du virus T, ce qu'elle fit, extirpant une seringue de la mallette en acier qu'elle trimbalait sous son bras. Elle-même était depuis longtemps immunisée contre le virus. Une fois ce détail réglé, les deux Célestes se dirigèrent vers l'ascenseur. En dépit de ce qui se préparait, Mary était sereine, parfaitement détendue. Elle considérait la mort de Marvin Conway comme une simple étape à franchir dans la montée en puissance des Invisibles. Bien sûr, elle savait que son futur ex-mari avait été convié à un évènement de taille, mais elle ne regrettait pas de ne pas pouvoir elle-même y assister. Après tout, ce qu'elle s'apprêtait à vivre était tout aussi exceptionnel. Lorsque les portes de l'ascenseur s'ouvrirent, Mary jeta un coup d'œil à sa montre. Le réveil des huit clones était également prévu pour aujourd'hui et si elle se dépêchait, elle pourrait rejoindre les laboratoires Worthington et assister à la chose. Ces six derniers mois, Daji avait croulé sous le travail. En plus de ses recherches clandestines pour les Invisibles, la généticienne était devenue la conseillère scientifique du Président Conway. Côté famille, la situation, déjà guère fleurissante, s'était davantage dégradée suite à l'agression de Niki. Depuis qu'elle avait appris les raisons qui avaient poussé Xemnas à l'attaquer, Ximei refusait tout bonnement de lui parler. Ce qui n'était pas le cas de Stryfe qui ne manquait pas une occasion de la critiquer ou de lui balancer des horreurs à la figure. Bien qu'attristée par la tournure de leurs relations, Daji avait fini par s'en accommoder, le travail l'aidant à oublier ses tracas. De temps à autre, elle se consolait dans les bras d'un autre, tout en restant déterminée à éviter toute implication sentimentale. Elle avait fini par comprendre qu'elle n'était pas faîte pour cela. Tim et Mary longèrent le couloir du dernier étage jusqu'au bureau du boss. Le faux Petrelli sembla hésiter un instant avant de taper à la porte. Après qu'ils eurent été invités à entrer, Profit ouvrit la porte et ils pénétrèrent à l'intérieur du bureau. Suoidis était tranquillement assis à son fauteuil, un air confiant éclairant son visage. Les deux Invisibles prirent placent en face de lui.

- Monsieur. On dirait que toute la presse s'est mise en mode "Dirt". Cela doit faire plaisir à Penny. Déclara Tim, alors que Mary déposait la mallette à ses pieds.

La scientifique redressa ensuite la tête pour adresser un sourire équivoque à son président. Elle préféra rester silencieuse pour le moment.

_________________
§ Mon histoire ~ Mon évolution §

"Les chaînes du mariage sont si lourdes qu'il faut être deux pour les porter, quelquefois trois."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmenhorizon.actifforum.com
Classe 1
avatar
"Pas de destin
mais ce que nous faisons."
Evidence
Nombre de messages : 55
Capacité(s) : Oubliez moi...
Véritable identité : Eve Brochant
Date d'inscription : 25/04/2008
MessageSujet: Re: Bureau du Boss Dim 30 Jan - 12:07

~ Ellipse ~

Evey porta son regard à travers la fenêtre, sans regarder quoique ce soit en particulier. Juste ce que l'on pouvait voir à cet instant par cette fenêtre. Cette même fenêtre qui avait été brisée quelques mois auparavant par la chute inopinée d'une Céleste en perte de vitesse. L'Invisible – titre plus qu'éloquent la concernant – regardait donc et réfléchissait en silence. En toute discrétion, afin que son employeur bien-aimé ne puisse ne serait-ce effleurer les pensées qui la taraudaient. Fait rare car Evidence n'avait pas pour habitude de se dérober à Marvin Conway.

D'une loyauté sans faille, elle avait activement « milité » à ses côtés durant son ascension au pouvoir du pays. Elle avait agit dans l'ombre, enquêtant pour trouver les meilleurs contacts, ceux à éviter et ceux à surveiller. Son rôle de prédilection. Elle s'était lancée dans ces affaires après l'évènement sur Death Street, événement durant lequel elle avait tout simplement perdu la trace d'Iris Bloom, ce qui n'avait pas été sans un brin de frustration, mais avec le chaos ambiant autant chercher une puce dans la fourrure du gorille géant. Ce qui s'était passé sur la rue tristement renommée avait fourni un abondant grain à moudre au candidat faussement anti-mutant. Et donc du travail pour Evey.

En se chargeant avec tant de zèle des affaires politiques, et avec le recul, la mutante indétectable se demandait si elle n'avait pas délaissé – à tort – sa surveillance du cercle intérieur et proche des Invisibles. Elle avait confiance dans la clairvoyance de Suoidis, il lui avait démontré plus d'une fois sa capacité à anticiper les faits et la position où il se trouvait aujourd'hui en était la preuve. Néanmoins son patron s'attirait de partout à la fois haine et convoitise. Un doute s'accrochait à sa conscience depuis plusieurs semaines, et c'était cela qu'elle voulait cacher à tout prix.

Durant toute son existence, elle n'avait jamais vécu que pour elle-même, se dissimulant aux yeux de tous. Vivons heureux, vivons caché. Tel était son leitmotiv. Tel était sa façon se survivre. Mais si jamais « on » venait à s'en prendre à Suoidis, aurait-elle les moyens de le protéger ? Bien sûr elle n'avait pas été embauchée pour ça, mais c'était son rôle de surveiller les arrières. Et si ce travail avait été mal effectué, il était de sa responsabilité d'assurer la sauvegarde de son patron. A cet instant, elle se sentait bien petite.

Cependant si Marvin Conway était une cible de choix, il ne serait pas si aisé de l'atteindre. Un mutant rôdé dans l'art de la manipulation mentale ne se laisserait sûrement pas faire. Et il devait bien y avoir d'autres partisans prêts à le défendre, prêts à l'avertir. La jeune femme tentait de se rassurer là-dessus. Sans vraiment y parvenir. Étrangement immobile devant cette fichue fenêtre, elle agita une main devant son visage comme si ce simple geste pouvait suffire à chasser toutes ces réflexions. Elle devait se concentrer sur autre chose. Le leader des Invisible venait de lui parler et elle répondit par un soupir.

Evey passa ses doigts dans ses cheveux, qui s'étaient sensiblement bien allongés durant ces quelques mois. Pour une fois, elle les laissait pousser, en espérant peut-être que son patron le remarquerait. Coquette, elle en appréciait les ondulations naturelles. S'occuper de sa petite personne féminine était bien la seule chose qui puisse la tirer des méandres de sa vie « professionnelle ». Alors oui, pourquoi ne pas changer un peu ?

Là entrèrent Petrelli et Colton, à qui la rouquine adressa un regard en biais que l'autre mutante ne pouvait apercevoir bien sûr. Non décidément, elle préférait Bloom et ses état-d'âme plutôt que... celle-là. Elle quitta la fenêtre, passa près du bureau de Conway, elle posa une main sur son épaule – en signe de soutien sans doute, le geste était venu tout seul – puis alla s'adosser au mur un peu plus loin. De-là, elle bénéficiait d'une vue d'ensemble, qui ne lui plaisait guère certes, mais elle pouvait avoir un œil sur tout.

_________________

Fiche & Evolution
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Classe 4
avatar
"Pas de destin
mais ce que nous faisons."
Tirésias
Nombre de messages : 104
Capacité(s) : Télépathie, télékinésie
Véritable identité : Stuart Gerrity
Date d'inscription : 23/03/2007
MessageSujet: Re: Bureau du Boss Lun 31 Jan - 15:05

Lorsque Profit et Colton pénétrèrent dans le bureau, Conway sentit une légère pression sur son épaule. Evidence, insondable, invisible, indétectable, était toujours à ses côtés. La jeune femme n'était pas particulièrement sociable mais digne de confiance. Suoidis n'aurait jamais cru cela possible, mais depuis le temps qu'elle lui vouait une fidélité sans faille, il éprouvait une certaine estime à son égard. Ajoutez cela à sa fulgurante ascension, il était possible que son orgueil comme sa confiance en autrui, se soient trop développés. Il en paierait sans nul doute, le prix cher... Ces temps derniers, Evidence avait semblé étrangement réservée malgré la situation qui ne cessait de tourner en leur faveur. Il avait tâché de passer outre, tant bien que mal. L'heure n'était de toute façon pas dédiée à de l'introspection.
"Petrelli" et Daji, ainsi donc, étaient venus s'asseoir face à lui. L'homme prit la parole en premier, après avoir constaté ce qui décorait le bureau de Conway. Des journaux.


"Monsieur. On dirait que toute la presse s'est mise en mode "Dirt". Cela doit faire plaisir à Penny." ironisa-t-il.

Il acquiesça, tout en esquissant un sourire. Nombre d'articles, rédigés par des personnalités plus ou moins illustres, étaient guère élogieux. A vrai dire, il s'en fichait totalement. Il les lisait par curiosité, tout au plus. Pour savoir qui devenait "indésirable"... Son neveu, notamment. Instaurer un semblant de respect était capital même si celui qui heurterait sa sensibilité, n'était pas encore né. De là à quasiment faire ombre à Gwen Harrison, c'était tout de même fort...


Les articles d'insulteurs apparaissent, leurs auteurs disparaissent, bref; on s'en donne à cœur joie, répondit-il, par politesse.

Les formalités ne l'intéressaient pas. Il souhaitait aller tout de suite au fait. Aussi se tourna-t-il vers Daji, souriante mais discrète jusqu'ici.


Alors, où en sont vos recherches ? demanda-t-il.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Classe 3
avatar
"Pas de destin
mais ce que nous faisons."
Daji
Nombre de messages : 93
Capacité(s) : Facteur guérisseur - Télépathie rudimentaire
Véritable identité : Mary Clayton
Date d'inscription : 11/07/2007
MessageSujet: Re: Bureau du Boss Mar 8 Fév - 15:32

- Les articles d'insulteurs apparaissent, leurs auteurs disparaissent, bref; on s'en donne à cœur joie, répondit Suoidis.

Le président ne semblait toutefois guère décidé à poursuivre une conversation sur un sujet aussi déplaisant, ou inintéressant. Il était difficile de savoir comment Marvin Conway voyait les choses. Daji n'avait elle-même aucun point de vue sur la question. Si certains journalistes trouvaient encore le courage d'exprimer leurs opinions, revendiquant avec force leurs libertés de penser et d'expression, nombreux étaient ceux qui se taisaient par crainte des représailles. Combien de temps ces joutes écrites allaient-elles encore perdurer ? Pas longtemps, c'était certain. Mary esquissa un sourire en songeant à la manière dont elle s'était elle-même servie de la presse écrite. Ruiner la carrière d'Armand de Coreggi lui avait sans conteste apporté une grande satisfaction.


- Alors, où en sont vos recherches ? La questionna alors Suoidis.

Daji se leva, récupéra la mallette qui traînait à ses pieds et rejoignit Suoidis de l'autre côté du bureau. Elle se plaça à sa gauche, sans savoir qu'une autre personne se tenait exactement de la même façon à la droite du président. Avec délicatesse, Mary ouvrit la mallette et la tourna vers Conway pour que ce dernier puisse apprécier son contenu. Des flacons étaient maintenus sur deux rangées à l'aide d'un support en mousse.


- Elles sont terminées, répondit-elle alors, avec un sourire. Ce que vous voyez à gauche, elle désigna la rangée de flacons qui contenaient un liquide incolore, est la toute dernière version du virus T. Sous sa forme liquide, la substance T est parfaitement indolore et incolore. Elle est en revanche très volatile, ce qui fait plutôt notre affaire étant donné ce que nous projetons d'en faire. Chez l'homme, le virus est létal en un peu moins d'un mois lors d'une absorption respiratoire, en 24 heures dans le cas d'une contamination sanguine. Il reste beaucoup moins dangereux que le virus souche.

Daji eut une vague pensée pour Freya. Était-elle toujours en vie ? Si c'était le cas, il leur faudrait s'en débarrasser sans attendre.

- A droite, reprit Daji, en désignant la seconde rangée de flacons contenant chacun un liquide argenté légèrement bleuté, se trouve le vaccin. Il peut également servir d'antidote, même si je ne préconise pas de l'utiliser de cette manière. Je n'ai en effet observé aucune guérison totale dans les différents cas de vaccination post-contamination traités. Le dernier sujet est mort avant-hier. De toute évidence, une prise régulière de l'antidote est nécessaire pour maintenir le contaminé en vie. Je pense que nous pourrions éventuellement nous servir de ces résultats pour ouvrir, le moment venu, un marché parallèle dans le domaine pharmaceutique. Ce serait une bonne manière de renflouer les caisses de l'État.

Daji sourit à nouveau. D'une manière imperceptible, elle rapprocha sa main de celle de Suoidis.

- Quoi qu'il en soit, poursuivit-elle, soucieuse d'endormir sa vigilance en répétant, presque mot pour mot, le discours qu'elle avait déjà fait à Dryer, j'ai commencé la production à grande échelle la semaine dernière. Nous disposerons bientôt d'un stock conséquent de virus T et de vaccins.

- Mais il y a plus intéressant encore. J'ai découvert, presque par hasard, une nouvelle propriété du virus concernant sa porosité à l'état gazeux. Il semblerait...

Mais elle ne termina pas sa phrase. D'un geste vif, elle envoya sa main sur celle de Suoidis. Lorsqu'elle la retira, une fine aiguille resta plantée sur le dos de la main du président. Immédiatement, Daji se recula. L'aiguille, si insignifiante en apparence, avait trempé dans une solution hautement concentrée en virus T. La dose était telle que les effets seraient immédiats, et mortels bien sûr.

- J'ai toujours pensé que le meilleur moyen de se faire un avis sur quelque chose était de le tester soi-même. Lâcha-t-elle, le regard brillant. Adieu, Monsieur le Président.

[Hrp : Rappel des effets du virus par contamination sanguine, ici.]

_________________
§ Mon histoire ~ Mon évolution §

"Les chaînes du mariage sont si lourdes qu'il faut être deux pour les porter, quelquefois trois."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmenhorizon.actifforum.com
Classe 4
avatar
"Pas de destin
mais ce que nous faisons."
Tirésias
Nombre de messages : 104
Capacité(s) : Télépathie, télékinésie
Véritable identité : Stuart Gerrity
Date d'inscription : 23/03/2007
MessageSujet: Re: Bureau du Boss Jeu 10 Fév - 20:15

Daji ne se le fit pas dire deux fois; elle contourna le bureau puis vint se placer à sa gauche, tandis qu'Evidence se maintenait à sa droite. Était-ce un signe de tout ? Elle souleva sa précieuse mallette et la posa sur le bureau, avant de l'ouvrir. Elle contenait diverses fioles aux contenus douteux. Colton put débuter son exposé, sous le regard attentif du Président, d'Evidence, mais aussi de Profit.

"Elles sont terminées."

S'il semblait satisfait de l'apprendre, il n'alla pas jusqu'à lui rendre son sourire. C'était ce qu'il avait exigé, après tout. Qu'elle soit dans les temps. Était-il un peu plus distant depuis qu'il s'était assuré le pouvoir ? Sans doute.

"Ce que vous voyez à gauche est la toute dernière version du virus T. Sous sa forme liquide, la substance T est parfaitement indolore et incolore. Elle est en revanche très volatile, ce qui fait plutôt notre affaire étant donné ce que nous projetons d'en faire. Chez l'homme, le virus est létal en un peu moins d'un mois lors d'une absorption respiratoire, en 24 heures dans le cas d'une contamination sanguine. Il reste beaucoup moins dangereux que le virus souche."

Il acquiesça d'un signe de tête, n'ayant nullement l'intention d'interrompre Daji. Il eut également une vague pensée pour Freya. Si le plan qu'il avait prévu pour la Fondation Akatsuki ne connaissait pas d'obstacles, tout coulerait décidément de source. Il n'était en effet, pas nécessairement dans leurs intérêts de sauvegarder la mutante capable de produire pareil... miracle ? Un poison aussi parfait s'en apparentait.

"A droite se trouve le vaccin. Il peut également servir d'antidote, même si je ne préconise pas de l'utiliser de cette manière. Je n'ai en effet observé aucune guérison totale dans les différents cas de vaccination post-contamination traités. Le dernier sujet est mort avant-hier. De toute évidence, une prise régulière de l'antidote est nécessaire pour maintenir le contaminé en vie. Je pense que nous pourrions éventuellement nous servir de ces résultats pour ouvrir, le moment venu, un marché parallèle dans le domaine pharmaceutique. Ce serait une bonne manière de renflouer les caisses de l'État."

Pertinent de votre part, intervint-il, approbateur.

"Quoi qu'il en soit, j'ai commencé la production à grande échelle la semaine dernière. Nous disposerons bientôt d'un stock conséquent de virus T et de vaccins. Mais il y a plus intéressant encore. J'ai découvert, presque par hasard, une nouvelle propriété du virus concernant sa porosité à l'état gazeux. Il semblerait..."

Il semblerait ? Marvin Conway ne le saurait jamais. Pour cause, il avait été trahi. Cette chienne, cette salope venait d'enfoncer une aiguille sur le dos de sa main. Il se redressa, prêt à les tuer... Tous les deux. Jusqu'où s'étendait la trahison ? Il était trop furieux contre lui-même et contre le reste du monde pour avoir les idées claires. Et surtout, il redoutait le pire. Effectivement, une douleur fulgurante et intégrale ne tarda pas à le paralyser. Comment aurait-il pu attaquer les deux traitres ? Il tomba sur le sol, alors que du sang s'écoulait de sa bouche, son nez, ses yeux... Il n'avait jamais connu une souffrance similaire, surtout au niveau de la tête... Elle allait exploser, c'était inconcevable. D'une certaine façon; il voulait simplement que cela se termine. Il ne se souciait plus de ce qu'il se passait aux alentours, désormais. Un génie, un stratège, un leader tel que lui, ne pouvait pas sombrer d'une manière aussi ridicule...

"J'ai toujours pensé que le meilleur moyen de se faire un avis sur quelque chose était de le tester soi-même. Adieu, Monsieur le Président."

Ledit Président ne put faire qu'un dernier geste, tandis que des cloques recouvraient sa peau. Il se tourna vers Evidence, redoutant que sans antidote, celle-ci soit fatalement contaminée. Le corps de Marvin Conway s'effondra sur le sol et les fameuses cloques éclatèrent, contaminant l'air. Une fin bien peu glorieuse et indigne de la vie qu'il avait mené... A l'heure de mourir, il n'avait espéré qu'une seule chose... Revoir Evidence, les revoir tous. Pour le meilleur et le pire.

FIN

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Classe 1
avatar
"Pas de destin
mais ce que nous faisons."
Evidence
Nombre de messages : 55
Capacité(s) : Oubliez moi...
Véritable identité : Eve Brochant
Date d'inscription : 25/04/2008
MessageSujet: Re: Bureau du Boss Lun 7 Mar - 17:24

Après un court interlude à propos du remue-ménage journalistique, Conway fit comprendre à tout le monde qu'il avait d'autres centres d'intérêts à l'heure actuelle. Le virus T. Eve ne put retenir une grimace – pas à cause de Colton cette fois – la nature du sujet ne lui plaisait guère. Elle avait beau avoir confiance en son patron, c'était dangereux de jouer avec ce genre de « préparation ». En tant qu'indic, elle avait eu maintes fois l'occasion de visiter les laboratoires en toute discrétion, sur ordre du leader des Invisibles ou de son propre chef. Elle savait à quoi s'en tenir.

« Elles sont terminées. Ce que vous voyez à gauche est la toute dernière version du virus T. » Voilà que le paon allait exhiber toutes ses belles plumes... « Sous sa forme liquide, la substance T est parfaitement indolore et incolore. Elle est en revanche très volatile, ce qui fait plutôt notre affaire étant donné ce que nous projetons d'en faire. Chez l'homme, le virus est létal en un peu moins d'un mois lors d'une absorption respiratoire, en 24 heures dans le cas d'une contamination sanguine. Il reste beaucoup moins dangereux que le virus souche. »

La mutante indétectable eut un frisson. Colton parla ensuite du vaccin dont ils auraient tous besoin avant de répandre cette horreur. Sans raison apparente, Evidence se demanda si la scientifique en avait déjà absorbé. Peut-être mais pourquoi cette question ?

« Je pense que nous pourrions éventuellement nous servir de ces résultats pour ouvrir, le moment venu, un marché parallèle dans le domaine pharmaceutique. Ce serait une bonne manière de renflouer les caisses de l'État. »

Quel esprit pratique ! Une façon bien utile de récolter ce que l'on sème. Néanmoins cette idée était à creuser. L'indic scruta la valise d'un air sévère, comme si elle s'attendait à ce que ces petits flacons bien rangés comme des écoliers osent prendre l'initiative de bondir pour aller sournoisement s'écraser sur le sol. Pendant ce temps, Daji poursuivait son exposé.

« … une nouvelle propriété du virus concernant sa porosité à l'état gazeux. Il semblerait... »

Cette interruption fit lever les yeux d'Eve. Trop tard. Le joli paon venait de reprendre sa forme originale : une vipère crachant son venin. Et son crochet était planté dans la main de Conway.

« J'ai toujours pensé que le meilleur moyen de se faire un avis sur quelque chose était de le tester soi-même. Adieu, Monsieur le Président. »

Tout se passa très vite. Mais l'horreur parût durer des heures. Evidence ne put rien faire. La surprise était telle qu'elle aurait bien été bien en peine de trouver une solution suffisamment rapide. Elle perdit en assurance tandis que son esprit s'assombrissait. Son patron mourut sous ses yeux, avec un dernier regard pour elle qu'elle interpréta comme un appel au secours. La stupeur devint culpabilité avant de se muer en douleur.

Il y eut quelque chose au fond de la jeune femme qui se brisa à l'instant même où le télépathe poussa son dernier souffle. Il-ne-pouvait-pas-être-mort. On ne pouvait tuer Marvin Conway. C'était tout simplement impensable. Évidemment, dans un élan de puissance, il allait se relever et balayer d'une pensée ces traitres. Puis ils s'occuperaient des autres. Ils feraient un peu d'ordre dans l'organisation et tout redeviendrait normal. Suoidis mènerait son mandat, et elle serait toujours là pour l'épauler. Tout se passerait comme il l'avait prévu. Bien.

Mais il se releva pas. Il n'y avait plus une once de vie dans le corps inerte et ravagé du président. Sans vraiment s'en rendre compte, Evey était maintenant à genoux à ses côtés, la tête basse, les épaules secouées de tremblements.

« … le virus est létal en un peu moins d'un mois lors d'une absorption respiratoire... »

Alors qu'une larme roulait sur sa joue, elle s'obligea à une magistrale claque mentale. Pas question de paniquer. Son pouvoir toujours actif, elle était restée invisible à tous, et ça ne devait pas changer. Mais elle était en danger. Le virus l'avait atteint elle aussi. Ce germe qui ne se sentait ni ne se voyait était là, prêt à la consumer à son tour.

« … le vaccin. Il peut également servir d'antidote, même si je ne préconise pas de l'utiliser de cette manière. Je n'ai en effet observé aucune guérison totale dans les différents cas de vaccination post-contamination traités. Le dernier sujet est mort avant-hier. De toute évidence, une prise régulière de l'antidote est nécessaire... »

Le regard d'Eve se posa de nouveau sur la mallette à portée de main sur le bureau. Sa première pensée à peu près lucide fut de se jeter dessus pour en arracher les flacons de poison et les écraser au visage de cette immonde garce. Sans autre forme de procès. Puis elle se dit que, oui, il fallait qu'elle mette la main sur cette mallette, afin d'en récupérer les vaccins seulement. Finalement ses yeux revinrent sur Conway, et elle essuya ses larmes du revers de sa manche. Non, elle ne pouvait pas se permettre de toucher au précieux colis, ni à ses porteurs.

En volant une ou plusieurs fioles, elle pourrait faire oublier son geste, le faire passer complètement inaperçu à Colton et Petrelli. Et même s'ils étaient nombreux dans le coup, cela ne changerait rien. Néanmoins il y avait une donnée imprévisible : le virus, et ses conséquences sur ses pouvoirs. Sans compter sa concentration actuelle mise à rude épreuve. Il suffisait qu'elle « rate » une personne pour que la rumeur s'insinue. La moindre erreur ici risquerait d'instaurer le doute d'une présence alliée à Conway. Et elle comptait bien profiter de son complet anonymat pour agir. C'était son meilleur atout. La clé de sa survie.

Quant aux vaccins, elle en trouverait tout plein dans les laboratoires. Dérobés là-bas, ça pourrait passer pour une fuite dans le personnel. Il lui en faudrait suffisamment pour avoir le temps de le synthétiser ailleurs, d'une façon ou d'une autre, afin de ne pas être prise au dépourvu. Ayant fait place nette dans son esprit, la mutante se leva et pris la direction de la porte.

Evidence savait parfaitement où se rendre dans l'immédiat. Elle avait une idée relativement précise de ce qu'elle souhaitait faire ensuite. Mais elle ne connaissait pas encore les moyens qu'elle devrait employer pour arriver à ses fins.

Quand elle quitta la pièce, aucun des protagonistes présents ne s'en rendit compte. C'était comme si elle n'avait jamais été là. Comme si elle n'avait jamais existé.


Arrow ???

_________________

Fiche & Evolution
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Classe 3
avatar
"Pas de destin
mais ce que nous faisons."
Daji
Nombre de messages : 93
Capacité(s) : Facteur guérisseur - Télépathie rudimentaire
Véritable identité : Mary Clayton
Date d'inscription : 11/07/2007
MessageSujet: Re: Bureau du Boss Jeu 17 Mar - 13:07

Suoidis l'écouta avec attention, se contentant de placer occasionnellement un ou deux commentaires appréciateurs. L'exposé arrivant à sa conclusion, Daji nota que les yeux du président étincelaient déjà de malice à la perspective d'utiliser une arme biologique aussi dangereuse. Malheureusement pour lui, Conway fut également l'une des toutes premières personnes à faire les frais de cette arme in situ. Lorsqu'il se rendit compte de ce que Mary avait fait, Suoidis se dressa brusquement, une expression assassine déformant les traits de son visage. Mais il était déjà trop tard pour Marvin Conway et très vite, la haine affichée se mua en angoisse, puis en souffrance. La scène qui suivit fut aussi répugnante que réjouissante. Daji n'en rata pas une miette. Voir le très sûr de lui Suoidis se tordre de douleur et implorer de ses vœux une mort de toute manière imminente avait quelque chose de galvanisant. L'horreur de cette vision n'avait d'égale que l'excitation que Mary éprouvait. L'agonie fut toutefois de courte durée et très vite, Marvin Conway poussa son dernier soupir. Après avoir remis un masque chirurgical à Profit, Mary lui fit signe de reculer. Quelques instants plus tard, les pustules qui avaient pris forme sur l'ensemble du corps du mourant éclatèrent, répandant des spores contaminantes alentour. Le nuage se dissipa toutefois rapidement et moins de cinq minutes plus tard, Daji fit signe à Petrelli de retirer le masque. Les deux Invisibles étaient restés silencieux jusqu'à présent, chacun prenant conscience de l'ampleur de l'évènement qu'ils venaient de provoquer. Après avoir inutilement vérifié les constantes de Suoidis, Mary se tourna vers Tim, un sourire éloquent en coin.

- Toutes mes félicitations, Monsieur le Président, lui-dit-elle.

C'était fait. Marvin Conway, le 46ème président des États-Unis était mort.

_________________
§ Mon histoire ~ Mon évolution §

"Les chaînes du mariage sont si lourdes qu'il faut être deux pour les porter, quelquefois trois."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmenhorizon.actifforum.com
"Pas de destin
mais ce que nous faisons."
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Bureau du Boss

Revenir en haut Aller en bas

Bureau du Boss

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Spider Podium nouveau suport voiture et bureau de folie ^^» Germany 280mm Kanone 5 (E) Leopold HOBBY BOSS» Faema Type bureau - Quelqu'un connait ?» Au bureau» Bureau Central des Archives Administratives Militaires
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men Horizon :: Base des Invisibles-